instagram  facebook youtube

2004-2007

La Belgique dévoilée
De l’impressionnisme à l’expressionnisme

25 janvier - 28 mai 2007

Offrant pour la première fois en Suisse une vision globale de l’art belge à la fin du XIXe siècle, l’exposition de la Fondation de l’Hermitage met en lumière le groupe phare des XX, puis celui de la Libre Esthétique, qui voient en trois décennies les peintres belges s’inscrire parmi les plus novateurs de l’avant-garde européenne. A travers une centaine de tableaux et dessins, l’exposition révèle les artistes significatifs de cette époque, en s’articulant autour des principaux courants qui marquent ces années cruciales: l’impressionnisme et le néo-impressionnisme, le symbolisme et l’expressionnisme. 

Le groupe des XX, formé à Bruxelles en 1883, exerce pendant plus de dix ans un remarquable impact sur l’art belge de la fin du XIXe siècle, en l’initiant aux tendances majeures de l’art contemporain international. Défendant de nouveaux talents lors des Salons qu’il organise chaque année, ce cercle d’artistes en rupture avec l’art officiel, dirigé par Octave Maus, compte notamment parmi ses membres Anna Boch, James Ensor, Fernand Khnopff, Félicien Rops, Henry Van de Velde et Théo Van Rysselberghe. L’association de la Libre Esthétique qui lui succède en 1894 continue à organiser des expositions d’art moderne et indépendant jusqu’au début de la Première Guerre mondiale. Grâce à l’existence de ces deux groupes uniques et engagés, le paysage artistique de la Belgique est radicalement transformé. En une génération, les peintres se placent à la pointe de l’avant-garde artistique internationale, tout en développant un art qui reflète leur propres identité et sensibilité, à l’image de l’énigmatique Portrait de Marguerite, peint par Khnopff autour de 1887, dont l’étrangeté et la mélancolie troublante célèbrent l’exceptionnel accomplissement de la peinture belge dans ces années fondamentales pour l’histoire de la modernité.

Parmi les artistes qui forment le cœur de l’exposition, on peut citer: Anna Boch, Emile Claus, William Degouve de Nuncques, Jean Delville, James Ensor, Henri Evenepoel, William Alfred Finch, Léon Frédéric, Fernand Khnopff, Georges Le Brun, Georges Lemmen, Xavier Mellery, Théo Van Rysselberghe, Félicien Rops, Léon Spilliaert, Henry Van de Velde.

Les œuvres proviennent d’importantes collections publiques belges, telles que le Koninklijk Museum voor Schone Kunsten à Anvers, le Musée d’Ixelles et les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique à Bruxelles, le Groeninge Museum à Bruges, le Musée d’Art moderne et d’Art contemporain de la Ville de Liège, ainsi que le Museum voor Schone Kunsten d’Ostende. Le Petit Palais de Genève, le Kunstmuseum de Bâle ou encore le Musée d’Orsay à Paris, tout comme de nombreuses collections privées en Belgique, en France et en Suisse font également partie des prêteurs qui soutiennent cette exposition.

Le catalogue, publié en coédition avec les Editions 5 Continents à Milan, reproduit en couleur toutes les œuvres exposées. Il contient des essais de William Hauptman et de Michel Draguet, directeur général des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Une biographie de chaque artiste ainsi qu’une bibliographie de référence accompagnent également cet ouvrage.